thor
Note de la rédaction :

« Thor Ragnarok » est un film réalisé par Taika Waititi sorti le 25 octobre 2017. Avec Chris Hemsworth, Cate Blanchett, Tom Hiddleston, Jeff Goldblum, j’en passe et des meilleurs.

Le Pitch

A la fin de « Thor : Le Monde Des Ténèbres », on terminait sur Loki prenant le pouvoir à Asgaard sous les traits de son père, Odin, alors que Thor sauvait le monde avec ses petits copains en Sokovie. De retour à Asgaard, Thor trouve que son papa est devenu un peu bizarre. Et ça n’est pas le seul. Hela, aînée de la fratrie et déesse de la Mort, compte bien reprendre le pouvoir au pays des dieux.

La Critique

« Thor : Ragnarok » reprend 2 ans après qu’Ultron ait tenté son putsch intergalactique. Grands absents de la déception « Captain America : Civil War« , on retrouve avec plaisir Thor et Hulk. Et l’on peut dire que Marvel s’est lâché cette fois. Certes, on avait l’habitude du Marvel WTF avec « Les Gardiens de la Galaxie », formule du succès qui fonctionnait plutôt bien : humour + couleurs électriques + action + aventures spatiales = carton au box-office et public heureux. Marvel / Disney a donc décidé d’appliquer cette formule là où on ne l’attendait pas : chez le personnage le plus barbant et premier degré de la team Marvel, Thor.

Qui a déjà regardé les vidéos de promo de Chris Hemsworth et Chris Evans sait que ces deux-là ont un sacré sens de la déconne. C’était donc tout bénef d’appliquer le potentiel « déconneur » de Hemsworth a son alter ego marvelien. De scène en scène, Hemsworth se balade de blague en blague avec le ton juste, et c’est 2h11 de plaisir. Certes, il n’aura pas un Oscar pour son interprétation. Certes, vous ne trouverez pas la réponse à « Qui suis-je ? Où qu’il va le monde ? » ni le remède contre le sida en allant voir « Thor : Ragnarok ». Il y a tout un tas de films cette semaine qui vous aideront à répondre à cela. Mon père disait : « Je ne vois pas l’intérêt d’aller voir un film si c’est pour en sortir plus con qu’en y entrant » (vous pouvez la noter, celle-là, c’est pour moi, c’est cadeau). On va pas se mentir, « Thor : Ragnarok » est assez creux sur le fond. Tout ce qui pourrait enclencher une réflexion un tant soit peu introspective est tué dans l’oeuf. Même les thèmes du Bien et du Mal, de l’identité, voire de l’alcoolisme y sont tout justes effleurés.

Mais bordel qu’est ce que c’est bon de se marrer à en pleurer, qu’est ce que c’est bon une débauche d’effets spéciaux de qualité, qu’est ce que c’est bon de retrouver Jeff Goldblum, Mark Ruffalo et les bras incroyables de Chris Hemsworth sur une bande originale années quatre-vingtifié à souhait, calibrée pour les fans de Stranger Things qui auront plaisir à retrouver ce son de synthé que les Daft Punk ont réhabilité depuis « Tron : Legacy« . Les images en elles-mêmes ne sont pas en reste, et certains plans (notamment la chevauchée de Valkyries) sont à couper le souffle. A mon sens, cet ultime « Thor » est une réussite et renoue enfin avec ce que les fans du MCU souhaitaient. Le casting est impressionnant, les caméos hilarants, le personnage de Korg (doublé par le réalisateur himself) est le second rôle comique parfait, et tout cela, tout comme « Les Gardiens de la Galaxie » sent la déconne à plein nez par des acteurs qui ont pris leur pied. Enfin, on sent qu' »Infinity War » se rapproche à grands pas, pour ce qui devrait être l’apothéose d’un univers cinématographique débuté il y a de ça presque une décennie.

N’ayez pas honte de vous vautrer sans vergogne dans ce blockbuster, n’ayez pas honte d’avoir envie pendant 2h11 de ne penser à rien d’autre qu’aux aventures de Thor, Loki et Hulk contre leur vilaine soeur,  n’ayez pas peur de trouver sacrément bad ass la Valkyrie alcoolique. Vous passez déjà assez de temps à flipper pour la vie en général, accordez-vous un peu d’air frais. Laissez vous porter par « Thor : Ragnarok », un film hommage entre passé, présent et futur par sa bande -son et son aspect visuel rétro-futuriste.

En bref, « Thor : Ragnarok » est le film-doudou de cet automne, votre « cheat movie » de cette fin d’année. The Square, Au revoir là-haut et autre Mise à Mort du Cerf Sacré seront là pour rétablir la balance.

 

Dory

About Dory

Passionnée de cinéma en général, et de cinéma anglophone en particulier, je fais mes premiers pas critiques sur mon tumblr Vacances de pauvres. Fan de Star wars, Marvel et autres blockbusters (mais pas que), j'ai rejoint l'équipe Doc Ciné pour vous faire partager mes envies et mes avis, tout simplement.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :