superheros

Ils s’appellent Deadpool, Batman, Daredevil, Superman…Bref, depuis 2009, c’est une véritable déferlante de super-héros qui s’abat sur nos gueules de spectacteurs, parfois jusqu’à l’indigestion.

Avec les sorties récentes de Batman vs Superman, Captain America : Civil War et X-Men Apocalypse, il était temps de faire le tri. Qui est Team DC Comics ? Qui est Team Marvel ? Pourquoi on tourne à au moins deux films par an ? Pourquoi on se retrouve avec un deuxième reboot de Spiderman ?

Asseyez-vous, mettez vous bien, vous ne confondrez plus les deux écuries, je vous le garantis, car, vous l’avez compris, cette rubrique pour les Nuls est consacrée aux seuls mondes dans lesquels le collant intégral n’est pas un fashion faux pas.

On y traitera principalement les films, parce que…je connais pas trop les BD, je voudrais pas vous flouer.

Bienvenue à SH101 !

D’où ça vient ?

Pour la faire courte, DC Comics et Marvel Comics sont deux sociétés d’éditions de bande-dessinée qui se tirent la bourre depuis près de 100 ans. Créées après la Première Guerre Mondiale, pendant laquelle, rappelons-le, les Etats-Unis n’étaient pas super concernés, les USA, qui ont bien flippé, sont en recherche d’identité, et surtout de modèles.

Dans les années 30, c’est le boom des super-héros avec notamment un personnage : Superman. Et quelques années après, Marvel sortira ces premiers numéros, avec notamment, Spiderman.

De quoi ça parle ?

De bastons, surtout. De bien et de mal, aussi. Au départ, les personnages sont assez archétypés : principalement des hommes, sans parents (je vous jure, cherchez un super-héros qui a ses parents), dont le sentiment d’injustice personnel va s’étendre à la communauté pour faire le Bien, contre les figures emblématiques du Mal. Pour pouvoir se protéger et protéger son entourage d’éventuelles représailles, le super-héros est d’ordinaire masqué, notamment quand il évolue dans un monde réaliste. Batman, Superman, Spiderman, Daredevil. Enfin sauf Superman, lui, son truc c’est les lunettes. La ville de tous les dangers est alors en général New-York, avec ses ruelles sombres et sales, ses hauts buildings, et ses multiples classes sociales permettant d’en faire un condensé de l’humanité sur un espace réduit et de passer rapidement de la notoriété à l’anonymat.

Après la Seconde Guerre Mondiale, les USA ont besoin de modèle, et surtout d’espoir. C’est l’apogée de Captain America et des comics en général. Dans les années 70, les ventes des comics périclitent, et favorisent l’apparition de nouveaux types de super-héros dans les années 80, ce que j’appellerai les « ambivalents », qui amène un côté plus humain, et donc plus mortel. En proie à leurs démons intérieurs, rejetés par la société, les super-héros deviennent faillibles, et par leurs failles, se rapprochent de leur public qui peut s’identifier plus facilement (comme Watchmen ou Daredevil).

Les super-héros au cinéma

Les adaptations ont toujours fait partie de l’univers des super-héros depuis l’apparition du cinéma et de la télévision. Batman, Superman, The Hulk…ont fait les beaux jours de la TV à l’époque, et des bêtisiers maintenant, ainsi qu’une foultitude de dessins animés. Depuis 2009, le rythme s’accélère frénétiquement, au point qu’on ne sait plus très bien où on en est, voire on va pas tarder à tout vomir. Mais que sait-il donc passer, Jamy ?

Premièrement, les personnages de Comics ont été créés, pour la plupart, dans les années 30. A la fin des années 90, ça a été le mercato pour racheter les droits d’adaptation car tout plein de personnages allaient se retrouver dans le domaine public, avec les pertes commerciales que cela pouvait entraîner. Stan Lee, figure emblématique et membre fondateur de Marvel, rachète tous ses personnages. Côté DC, c’est Charles Roven qui récupère la production cinématographique. Mais au début des années 2000, les adaptations peinent à trouver un public : les scénarii sont bancals et les super-héros manquent de réelles identités. Ce qui donne des fours comme « Hulk » avec Eric Bana pour Marvel, premier à tester le reboot de franchises. Côté DC, on compte déjà plusieurs Superman, plusieurs Batman (trop, peut-être, enfin je dis ça je dis rien), qui marchent plutôt bien au cinéma. Si les films DC sont distribués depuis toujours par Warner, Marvel piétine un peu…(trois petits points de suspense)

Le cas Marvel

Début 2000, c’est Marvel Entreprises qui produit. Et comme vu plus haut, c’est le bordel. Mise à part X-Men 1 et 2 qui s’en sortent haut la main, et éventuellement le 1er Spiderman de Sam Raimi qui est sympa, c’est pas fou fou. Pour sortir Marvel de la mouise, Disney rachète tout le studio. C’est-à-dire les licences, le merchandising, les droits de diffusion et de distribution, LA TOTALE. Cependant, Stan Lee garde une assez grande liberté, et son mot à dire dans les adaptations. Arrive alors une grande idée : comme les comics regroupent leurs héros sur le papier, pourquoi ne pas en faire en même au cinéma ? C’est la création du Marvel Cinematic Universe, aussi appelé MCU. Mais si le MCU, on en a déjà parlé, pour The Avengers, tout ça…Nan ? Bon alors je reprends pour ceux du fond.

Le Marvel Cinematic Universe (MCU)

Le MCU est divisé en 3 phases, qui se terminent chacune par le rassemblement des Avengers. En ce moment, nous attaquons la 3ème et dernière phase qui devrait s’achever avec « Infinity War ». En effet, dans les 3 phases, nos amis Captain America, Iron Man, Thor, les Gardiens de la Galaxie, Ant-Man, la Veuve Noire etc…récupèrent les pierres d’Infinité (deux par phase), tant convoité par le super méchant Thanos pour conquérir l’Univers.

Films de la Phase 1 : Iron man // Hulk // Iron Man 2 // Thor // Captain America : The First Avenger // The Avengers

Films de la Phase 2 : Iron Man 3 // Thor : The Dark World // Captain America : The Winter Soldier // Guardians of The Galaxy // Avengers : Age Of Ultron // Ant-Man

Films de la Phase 3 : Captain America : Civil War // Doctor Strange // Les Gardiens de la Galaxie Volume 2 // Spiderman // Thor : Ragnarok // Black Panther // Avengers : Infinity War 1ère Partie // Ant-Man et la Guêpe //Captain Marvel // Avengers : Infinity War 2ème Partie

Les différentes phases sont également liées et évoquées dans les séries TV Marvel : Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D, Daredevil et Jessica Jones.

Chaque film se termine par la fameuse scène post-générique (sauf pour The Avengers 2 où Joss Whedon n’en a pas mis) qui annonce le film suivant.

Le DC Extended Universe (DCEU)

Côté DC, la réplique ne s’est pas faite attendre. Enfin, si quand même. Jusqu’à la sortie en 2013 du Man of Steel de Zack Snyder, soit 5 ans après Hulk. Il n’y a pas de distinction de phase pour DC, les personnages et les intrigues s’entremêlent pour les films et les séries TV. 

Films du DCEU : Man of Steel // Batman vs Superman : Dawn of Justice // Suicide Squad // WonderWoman // Justice League Partie 1 // The Flash // Aquaman // Shazam // Justice League Partie 2 // Cyborg // Green Lantern

Auxquels s’ajoutent les séries TV Arrow et The Flash.

“Où sont les X-Men ? Et pourquoi encore un autre Spiderman ? Et les Fantastic Four ? Et Deadpool ?” me demanderez-vous. Et bien, j’y arrive, mes petits.

#PassionReboots

Avant le rachat de Marvel par Disney, Sony Pictures avait déjà acquis les droits de Spiderman. Pour les autres, c’est la 20th Century Fox qui reprend le flambeau.  C’est donc plusieurs boîtes de production qui s’occupent de l’adaptation de ces personnages. Ce qui donne la situation absurde d’avoir déjà eu un reboot de Spiderman, avec Andrew Garfield, et d’avoir très bientôt un deuxième reboot côté Disney puisque Spiderman, joué par Tom Holland fait sa première apparition dans le MCU dans Captain America : Civil War, et aura donc par la suite, son propre film. C’est pour cette raison également qu’il y a peu de chances que les X-men croisent les Avengers, seule franchise côté 20th qui soit vraiment une réussite.

La guerre des franchises

Comme vu dans le très bon article du boss ICI, il n’y a pas de raison que les studios arrêtent d’exploiter la manne sans fin des films de super-héros. De plus, si les studios restent fidèles à l’esprit comics, ils peuvent très bien se permettre de tuer un personnage, puis le faire revenir pépouze après. Le concept est donc exploitable à l’infini. En fin de compte, celui qui décide, c’est le public. Et il n’a pas l’air de vouloir laisser tomber.

Penchons-nous maintenant sur la qualité de ces franchises. Si Marvel était bien parti durant sa phase 1 en faisant appel à des réalisateurs avec un peu de bouteille (Jon Favreau, Kenneth Branagh par exemple), mêlant ainsi de vrais parti-pris de réalisation à une patte Marvel (de l’action avec de l’humour), la qualité semble en chute libre en ce début de Phase 3 / fin de Phase 2 avec des réalisateurs passe-partout et des films privilégiant l’action au scénario, en oubliant la pointe d’humour (sauf Ant-Man, parce que Paul Rudd en lui-même est drôle). Cependant, le trailer prometteur de Doctor Strange et la sortie des Gardiens de la Galaxy Vol.2 devraient redorer un tantinet les blason de l’écurie Marvel.

Quant au DCEU, il est difficile pour moi d’en donner un avis puisque je n’ai vu que « Man Of Steel ». Car, soyons honnêtes, le DCEU ne m’intéresse pas. « Bouuuuuh » ouïe-je au fond de la classe. Je trouve que l’empreinte DC est faite de personnages beaucoup trop kitsch, qui font un peu cheapos. Et cela m’attire moins que l’univers Marvel.

Mon coeur penche donc pour ce dernier, qu’il a également l’avantage certain d’avoir des personnages avec une sacrée paire de c****** comme l’Agent Carter et Jessica Jones.

Team DC Comics

Marvel Studio

 

Superman

Batman

Aquaman

Suicide Squad

WonderWoman

Justice League

The Flash

Green Lantern

Arrow

Watchmen

 

Captain America

Iron Man

Ant-Man

Spiderman

Thor

The Avengers

Daredevil

Jessica Jones

X-Men

Doctor Strange

Deadpool

Agent Carter

En conclusion, Marvel et DC continuent d’appliquer ce qu’ils font depuis que la TV et le cinéma existent. Le principe de l’adaptation de comics à l’écran ne date pas des années 2000. Cependant, on peut se poser la question quant à l’utilisation abusive qu’il en est fait.

Les super-héros auront toujours un public. D’une part, parce qu’ils font appel à notre imaginaire d’enfant et d’autre part, car nous aurons toujours besoin de penser, d’espérer, que quelqu’un, quelque part, est là, prêt à nous aider. Le décalage entre notre imaginaire et ce que nous propose les studios entraîne forcément une part de déception, tout comme les adaptations de roman. Bien que Disney tente de réduire ce décalage en uniformisant leurs productions, tout l’argent du monde ne permettrait pas ne satisfaire l’imaginaire de chaque spectateur. Mais il y a fort à parier que tant qu’il y aura des super-héros, il y aura des spectacteurs au rendez-vous.

Alors…Team DC ou Team Marvel ?

Dory

About Dory

Passionnée de cinéma en général, et de cinéma anglophone en particulier, je fais mes premiers pas critiques sur mon tumblr Vacances de pauvres. Fan de Star wars, Marvel et autres blockbusters (mais pas que), j'ai rejoint l'équipe Doc Ciné pour vous faire partager mes envies et mes avis, tout simplement.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :