Les acteurs réalisateurs, pour le meilleur… et pour le pire

By 10 avril 2015 mars 10th, 2017 Actualité, Gros plan
Lost River Ryan Gosling

La sortie en salle de Lost River de Ryan Gosling (lire la critique) nous permet de faire un point sur un sujet passionnant : les acteurs qui passent derrière la caméra.

Le passage derrière la caméra un rêve risqué

On le sait passer à la réalisation n’est pas chose aisée pour un acteur. Il doit faire face aux critiques voyant en lui un opportuniste, sans compter tous les procès en légitimité accompagnant généralement la sortie de son film.

Un point essentiel à ne pas perdre de vue : on ne passe jamais par hasard derrière la caméra. Le cinéma est une industrie (très) lourde en terme de logistique et de pesanteurs administratives et un réalisateur doit faire preuve d’une énorme force de persuasion (ou signer un énorme chèque, suivez mon regard…) pour réussir à monter son projet.

Prenons l’exemple de l’un des acteurs-réalisateurs les plus connus au monde : Clint Eastwood. Il passe à la réalisation en 1971 avec le film Un frisson dans la nuit. À l’époque, Clint Eastwood est loin d’être un jeune premier, il a déjà 41 ans et a derrière lui une carrière importante d’acteur et, surtout, a collaboré avec deux géants du cinéma qui lui ont sans doute appris 2 ou 3 choses : Sergio Leone et Don Siegel. Et pourtant, il a dû batailler ferme avec les pontes du studio Universal pour obtenir leur feu vert, ces derniers ne voyant dans sa démarche qu’un caprice de star. Afin d’avoir leur accord, il accepte de ne toucher qu’un salaire minimum en tant que metteur en scène et se contente d’un budget très restreint (on parle de 725 000 dollars !). Et encore, Universal n’a cédé que grâce à l’entremise de Don Siegel, lui-même, qui soutient Clint Eastwood dans sa démarche et accepte de jouer dans le film en tant… qu’acteur. La boucle est donc bouclée ! Eastwood parvient à achever le tournage 2 jours avant la date prévue et réussit même le tour de force de ne pas dépenser tout le budget prévu. Il n’en fallait pas plus pour que notre cher acteur sudiste « obtienne la carte » et soit tranquille jusqu’à aujourd’hui… Des exemples comme celui-ci, d’acteurs-réalisateurs à la carrière aussi longue, il y en a peu dans l’histoire du cinéma. On peut citer : Woody Allen, John Cassavetes, Robert Redford, Kenneth  Branagh, c’est à peu près tout.

Qu’est-ce qui fait qu’un acteur décide un jour de passer derrière la caméra ? Vaste question, n’est-ce pas ? Mais, elle est très personnelle et, à mon sens, dépend du parcours individuel de chaque acteur.

Par contre, il est beaucoup plus intéressant de se demander si un acteur peut être un bon réalisateur. Et même, pour aller plus loin dans la perversité (ah ah j’aime bien me torturer l’esprit !), on pourrait se demander si un bon acteur a plus de chances q’un autre de devenir un bon réalisateur.

Lire la suite sur www.devenir-realisateur.com

Noodles

About Noodles

Fan de cinéma depuis longtemps, je partage mes opinions avec vous. N'hésitez pas à me donner votre avis sur mes critiques. Sur Twitter je suis Noodles, celui qui tombe systématiquement dans le piège des débats relous.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :