Note de la rédaction :

Il est difficile de voir dans ce film un simple documentaire. Bien plus que cela, Le cercle des petits philosophes est une proposition de vie. Celle d’un monde meilleur, ou l’apprentissage privilégie dès le plus jeune âge une tête bien faite à une tête bien pleine. Cécile Denjean, réalisatrice de documentaires (Le ventre, notre deuxième cerveau, Un Homme Presque Parfait…), se fixe comme objectif de suivre des élèves de l’école primaire qui ont des ateliers, des moments de philosophie avec Frédéric Lenoir.

Le documentaire aborde de façon exhaustive des sujets et des pensées autour de l’éducation, cette remise en question devient flagrante après le visionnage du film. Frédéric Lenoir donne plus qu’un atelier, mais un rituel qui va de la méditation aux questionnements sans filtre des enfants.  Très rapidement, le philosophe leur apprend à écouter leurs corps, à échanger sur les questions qui leurs taraudent l’esprit.

Plus qu’un atelier, les images montrent ces enfants dans la cour de récréation encore imprégnés par leur atelier. Ces éponges, dans l’attente de stimulations à l’école nous rappellent que même à leur âge, il leur est possible de penser à la mort, à la vie et à leurs sentiments. Ils nous rappellent également que les enfants sont souvent plein de génie et de surprise à en devenir.

Ce n’est pas pour rien qu’une grande partie du film laisse la parole à ces enfants qui de surprise en surprise nous force à croire que les philosophes se forment dès le plus jeune âge, qu’il est indispensable pour un monde meilleur de pérenniser ces ateliers au plus jeune âge. Le cercle des petits philosophes est une parenthèse ensoleillée, une proposition éducative plus que primordiale aujourd’hui.

 

Actuellement au cinéma.

Pancake

About Pancake

Jeune scénariste, étudiant à Paris-Sorbonne et éventuellement critique de film

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :