Note de la rédaction :

« Justice League » est un film réalisé par Zack Snyder, sorti le 15 novembre 2017. Avec Ben Affleck, Amy Adams, Henry Cavill, Ezra Miller, Jason Momoa, Gal Gadot…

Le Pitch

Après la mort de Superman, le monde a peur. Plus personne n’est là pour lui couvrir ses arrières, au monde. Enfin, y aurait bien Batman mais il a un peu grossi, a abusé du Botox et il n’est plus aussi alerte qu’avant. Lorsqu’un vilain méchant décide de réunir les boîtes de l’Apocalypse pour détruire le monde, Batman se dit que ça serait bien de réunir des gens qui, contrairement à lui, ont des super-pouvoirs. Et même si ça n’est jamais dit dans le film, il appellera ça « Justice League » dans sa tête.

La Critique

On pourrait croire qu’il est plus facile de critiquer un mauvais film qu’un bon. Faut si le film est tellement creux qu’on a pas de matière pour écrire. Ainsi fût « Justice League ».

Bon, déjà, un vilain méchant venu de l’espace qui réunit des artefacts pour conquérir le monde, ça ne vous rappelle pas l’intrigue principal du Marvel qui doit sortir l’année prochaine ? On remplace les pierres par des boîtes (des boîtes…sérieux) et on a en exclu la version low cost d’Infinity War. En plus, je voudrais pas balancer mais le méchant a des faux airs de Surtur dans « Thor : Ragnarok »…mais en plus petit et en moins bien, bien sûr. Alors soyons bonne pâte, mettons ça sur le dos de la cruelle compétition post-seconde guerre mondiale qui faisait rage entre les deux maisons de comics. Dur de savoir qui a piqué quoi à qui, mais dans la guerre DC vs Marvel, DC gagne le prix de la ringardise, catégories « Costumes » et « Humour ».

J’ai lu sur les réseaux sociaux que « Justice League » était le film DC le plus drôle. Après avoir vu « Thor : Ragnarok« , je m’attendais donc au moins à m’en payer une bonne tranche. Les quelques « blagues » de Justice League m’ont fait penser à 4 mecs à qui on a dû demander « d’écrire de l’humour » un fusil sur la tempe. « Faites nous rire, bordel ! Il en va de l’avenir du DCEU ! ALLEZ ! ». Je ne mettrai pas d’exemples dans cette critique, je ne voudrais pas spoiler les quelques personnes qui ont encore espoir en DC et Warner. Donc, pour l’humour, j’aurai encore préféré Ezra Miller qui lit une blague Carambar.

Je voudrais également remercier DC et Warner d’avoir tué le personnage de Batman. Attention ceci n’est pas un spoil. Le personnage de Batman est mou et creux, tout comme l’interprétation sans saveur d’un Ben Affleck qui n’a juste pas envie d’être là, et qui en profite pour entraîner tous les autres acteurs dans sa chute. Car oui, au milieu de cette bouillie, il y a tout de même des points positifs, et particulièrement les autres acteurs. Derrière leurs sous-exploitations archétypées, on sent le potentiel de chacun : un Jason Momoa en Aquaman bad ass, un Ezra Miller en sidekick comique qui fait bien le taf, Gal Gadot tout en retenue et en élégance, et un nouveau venu, Ray Fisher dans le rôle de Cyborg, dont on pourrait écouter la voix envoûtante indéfiniment. Tous talentueux et étriqués dans des rôles trop petits pour eux et leur potentiel. Tous ces acteurs qui me donnent l’impression d’avoir choisi l’équipe de Florent Pagny dans The Voice : ils sont très bons mais leur talent sera tué dans l’oeuf. Voilà. Ben Affleck est Florent Pagny. En tout cas, l’esprit d’équipe qui anime ces « nouveaux » acteurs sauve le film de la noyade intégrale. Chaque personnage est à peine effleuré. Peut-être que tout cela est stratégique, « Justice League » ne serait donc qu’une longue bande-annonce visant à promouvoir les films sur chaque personnage ? GÉNIE !

Cependant, pour temporiser tout de même la piètre qualité du film en tant que tel, il semblerait que ce « Justice League » rend tout de même hommage aux séries animées du même nom. A vous de voir si vous voulez faire le pari. Et parfois, je l’avoue, il y a de jolies images : la séquence de l’Atlantide fait partie des deux ou trois éléments qui tenteront de faire croire à votre cerveau que vous avez passé un « bon moment ». Niveau images, vous aurez également l’occasion de jouer à notre super jeu Intermarché « Photoshop ou pas Photoshop ? » sur la moustache de notre ami Henry Cavill effacée en post-prod. (Spoiler Alert : scandale !). Quant au visage 3D de Cyborg quand il ne porte pas son sweat à capuche…les métaphores me manquent.

On pourra toujours dire qu’on en a marre des Marvel, et ça se comprend, mais au moins font-ils l’effort de se réinventer. Bien que Joss Whedon soit au scénario de « Justice League » (alors qu’il a réalisé les deux « Avengers » de Marvel) et qu’il en ait terminé la réalisation, le film manque cruellement de souffle et d’imprévus. Le film dure à peine 2 heures et je n’ai pas tenu jusqu’à la scène post-générique

« Justice League » est encore une fois la preuve que l’on peut avoir de super ingrédients (Snyder à la réal, Whedon au scénario, Christopher Nolan à la production, Danny Elfman à la musique…) et complètement foirer la cuisson pour en faire une belle boule de caca, avec, parfois, de jolies couleurs dedans.

 

Dory

About Dory

Passionnée de cinéma en général, et de cinéma anglophone en particulier, je fais mes premiers pas critiques sur mon tumblr Vacances de pauvres. Fan de Star wars, Marvel et autres blockbusters (mais pas que), j'ai rejoint l'équipe Doc Ciné pour vous faire partager mes envies et mes avis, tout simplement.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :