How to talk to girls at parties de John Cameron Mitchell – Critique

By 10 juin 2018Critiques
How to talk to girls at parties
Note de la rédaction :
Le mot clé c’est PUNK. Le mot qui définit le cinéma de John Cameron Mitchell (ou pas vraiment, nous y reviendrons), qui le définit lui qui se sent un éternel ado. Les premières dix minutes de son dernier film « How to talk to girls at parties » annonce précisément la couleur, on découvre un jeune qui se réveille dans sa chambre destroy, qui se coiffe et part arpenter les rues, deux doigts levés (l’équivalent du majeur chez nous) et bande son à fond. Il retrouve son « gang » de jeunes paumés comme lui et les voilà qui partent au pub planqué assister à un concert d’enfer. C’est un visage de l’adolescence qui a beaucoup de charme, il y a un certain Zeitgeist bien capté, le côté autobiographique est indéniable (il y a des détails plus vrais que nature).

C’est l’intro, énergique et sympathique, avant que l’intrigue loufoque ne se mette en place. Figurez-vous que nos trois zouaves vont s’inviter dans une fête privée ou de qui y ressemble et tomber sur une colonie extra-terrestre venue s’installer en banlieue de Londres (ou je sais). On plonge assez vite dans un grand n’importe quoi plutôt intrigant, le design sonore et les couleurs sont assez réussies, on ne décroche pas malgré le scénario barré.

La suite, c’est la relation entre une Alien (Elle Fanning, qui était déjà une créature vaguement mutante dans « Neon Demon » et à qui le rôle va bien) et le jeune punk le plus gauche du groupe. Tu me montres ta communauté de dingos, je t’emmènes dans un concert punk. Il n’y a vraiment que des anglais pour penser à une histoire pareille. Une fois encore, le film n’invente pas grand chose mais semble plus sincère que la plupart des productions calibrées et marquetées qu’on nous sert. C’est le projet maladroit et un peu trop sentimental d’un auteur (J.C. Mitchell n’a pas la patte visuelle d’un auteur dans le sens où on l’entend, son cinéma est un peu ordinaire, mais il a indéniablement un univers propre et une forme de cohérence jusqu’au boutiste). Et il est par moments capable de trouver des bonnes lignes de dialogues.

Donc on obtient cette comédie punk extra-terrestre qui dégouline en comédie romantique jouant absolument tous les codes convenus mais une comédie habillée différemment. Le film est tout de même plutôt courageux, il suffit d’ailleurs de voir la coupe de cheveux de Nicole Kidman pour s’en convaincre. Kidman qui s’essaye à la comédie n’est pas forcément à côté de la plaque (je dis pourquoi pas), sa carrière est tellement partie dans les tous les sens depuis quelques temps (dans tous les sens sauf dans la bonne direction je veux dire) que la comédie est peut-être une bonne option.

Donc est-ce que « How to talk to girls at parties » est un film punk ? Ben pas vraiment, c’est peut-être le problème. Tout y est bien trop sage et plan plan. C’est british, gentiment décalé, mais J.C. Mitchell reste sur un terrain assez connu, si on veut bien passer les apparences excentriques. Il ne peut notamment se passer de la fameuse séquence insupportable et présente dans 80% des films : ralenti + musique cool, on y a même droit trois ou quatre fois histoire d’enfoncer le clou. Pour autant le résultat appelle à une certaine indulgence, bonbon doucement sucré et rétro. Certains passages comiques peuvent évoquer d’une certaine manière un Edgar Wright des débuts, voire un Scott Pilgrim où le super pouvoir des personnages serait d’être punk (mais la mise en scène tient rarement l’énergie promise et paresse un peu, le soufflé retombe). Divertissement estival passable.

Étienne

About Étienne

Né en 1982, journaliste de formation. Je vis à l'étranger depuis 2008. J'ai travaillé pour 5 magazines et 2 émissions de télévision. Je cherche obstinément un cinéma à la marge, qui aurait un langage propre. Le cinéma expérimental et l'art contemporain m'attirent particulièrement.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :