Gringo de Nash Edgerton – Critique

By 8 mai 2018 Critiques
gringo
Note de la rédaction :

D’abord la doublure cascade d’Ewan McGregor dans Star Wars : La revanche des Sith, Nash Edgerton s’essaie dans plusieurs métiers du cinéma jusqu’à réaliser en 2008 un long métrage : The Square avec en rôle principal son petit frère Joel Edgerton qui depuis The Great Gatsby de Baz Luhrmann s’impose dans le cinéma Hollywoodien. Distribué par Amazon Studios, Nash Edgerton affirme sa motivation de continuer dans la réalisation avec ce film d’action teinté de comédie. Le réalisateur ne se prive pas et choisit de s’entourer de beau monde, entre autres avec l’actrice Charlize Theron qui accompagne Joel Edgerton dans le film. David Oyelowo est également de la partie en interprétant un employé modèle plein de naïveté, on a pu le voir dans Selma d’Ava DuVarnay. Gringo relève-t-il le défi, de balancer entre l’humour et le film d’action empreint de folie et détonnant ? – Critique.

Synopsis : Harold Soyinka travaille pour un groupe pharmaceutique. Ignorant que la société qu’il représente a trahi un dangereux cartel local, l’employé modèle échappe de justesse à un enlèvement. Perdu au fin fond du Mexique, Harold ne peut compter que sur lui-même s’il veut rester en vie.

LE GRINGO NE TIENT PAS SES PROMESSES

On a beau aimer Charlize Theron et Joel Edgerton, le film ne leur rend pas service. Il est vrai que l’intrigue a l’air sympathique, plein de promesses et fait pour passer un bon moment. En réalité c’est une autre affaire. Il est malheureusement assez maladroit, dans ses intrigues et ses personnages. Charlize et Joel jouent les patrons d’Harold (David Oyelowo), ils sont manipulateurs et fourbes et n’ont aucun scrupule à lui en faire voir des belles et des pas mûres, cependant le rôle est tellement poussé à l’extrême qu’à l’écran il est davantage question d’acteurs qui essaient d’être méchants, que des rôles en eux-mêmes. On voit des acteurs jouer, pas des personnages. L’intrigue ne s’en sort guère mieux : le film a comme intrigue principale l’employé modèle (David Oyelowo) qui doit survivre et une sous-intrigue qui suit un couple en voyage au Mexique et comme vous pouvez vous en douter l’employé modèle Harold et le couple vont se croiser. Le film porte trop d’importance à la sous-intrigue et à ses personnages alors qu’ils n’auront presque pas de conséquence sur l’intrigue principale.

Il est aussi question de l’humour qui se voulait noir. Tout au long du film, la dynamique est absente, parfois les répliques faisant mouches, le plus souvent elles tombent à plat. Le personnage fort, le mieux écrit et à la meilleure interprétation est Harold l’employé modèle, c’est lui qui arrive à faire rire. Alors habitué aux drames, David Oyelowo se découvre de nouveaux talents et sauve le film. Contrairement aux autres, il n’est pas défini par un caractère, il est certes naïf mais il est « Monsieur tout le monde », droit dans ses bottes, qui en voulant respecter le système est entièrement happé.

DIVERTISSANT MAIS OUBLIABLE

Malgré les défauts cités ci-dessus, le film offre des séquences efficaces. Le long-métrage reste divertissant, il offre des courses poursuites nerveuses et prenantes, on s’amuse à suivre Harold et ses vils patrons. La réalisation est sobre et ne dessert pas les scènes d’action. Il ne suffit pas seulement d’une jolie photographie et d’un bon découpage technique pour faire un bon film. L’écriture de l’intrigue et des personnages efface le grand divertissement pour laisser place à un énième film d’action « déjanté ».

Gringo est malheureusement oubliable. On le reverra peut-être quelques années plus tard pour revoir des acteurs que l’on apprécie, Charlize Theron en garce finie, et Joel Edgerton en amie infidèle.

Sortie en salle le 09 mai

Pancake

About Pancake

Jeune scénariste, étudiant à Paris-Sorbonne et éventuellement critique de film

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :