Note de la rédaction :

Après Hector et la recherche du bonheur, on continue dans les films anglais inconnus au bataillon français avec un film de 2013, sorti partout en Europe sauf en France (bravo les gars), Filth. (traduisible par « saleté », « dégueulasse », « raclure » marche aussi), un film de Jon S. Baird dans lequel on retrouve James McAvoy (X-men, Shameless, Pénélope) en flic corrompu, arriviste et borderline. D’ailleurs je remercie Tumblr, sans quoi il y aurait tout un tas de films très bien dont on ne connaîtrait jamais l’existence, nous, bande de français.

Le pitch

En gros, « Filth » raconte l’histoire de Bruce, flic écossais plutôt peu recommandable qui vise le titre d’inspecteur dans sa brigade. Il essaie donc d’écraser par tous les moyens ses gentils camarades.

Un film qui porte bien son nom

Filth est un méchant petit film dont on adore aimer l’ordure qui sert de personnage principal. Et on peut dire que le petit James s’est fait plaisir : language fleuri, drogué, branlettes à gogo, gueule de déterré et surtout beaucoup d’humour noir, Bruce a tous les bons défauts. Dans toute carrière de beau/belle gosse qui se respecte, il y a le passage obligé du rôle « prise de risque ». Vous savez, c’est ce rôle qui « casse » l’image de l’acteur, dans lequel on le retrouve « à contre emploi », enfin bon je vais pas vous faire le dico du cassage d’image, vous voyez le topo. Si passage obligé il y a, considérons que James McAvoy y passe par « Filth ». Certes, on ne doutait pas de son potentiel trash étant donné sa participation à la série Shameless version UK à ses débuts. Mais assumer un rôle borderline quand on devient un franchisé (un mec qui a un rôle récurrent dans des films franchisés) dans la tête des spectacteurs, voilà un défi bien plus intérressant. Défi relevé donc, puisque sa tête de gentil avec un je ne sais quoi de prêt à te démonter la gueule à coups de rasoir parce que tu lui a pas dit « bonjour » fonctionne très bien. On en redemande même. Un bon point pour James.

Un bon petit casting de seconds rôles

Ensuite, le film se fend d’un bon petit casting côté seconds rôles. Imogen Poots en flic sérieuse (dont le nom, avouons le, mérite en lui même de regarder un film dans lequel elle joue), Eddie Marsan (The World’s End, les Sherlock Holmes de Guy Ritchie), Iain De Caestecker (Lost River, Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.), Jamie Bell (Tintin, Snowpiercier), Jim Broadbent (Cloud Atlas, Bridget Jones).

Et pour mes archives personnelles, cela m’a permis de savoir d’où venait la tête de Frank dans le film du même nom : il s’agit d’un hommage à Chris Sievey, un musicien et comique anglais qui avait un show TV appelé The Frank Sidebottom Shed Show. (Pour ceux que ça intéresse, c’est par ici : Frank Sidebottom). Bref, revenons à nos raclures.

Une belle leçon de vie (nan j’déconne)

Alors certes, au bout des 2/3 du film, la méchanceté se relâche un peu, on se lasse quand Bruce comprend que quand on est méchant, c’est que 1/on a beaucoup souffert et on l’a mal surmonté, 2/ il y a TOUJOURS un retour de bâton. Et oui, pour ceux qui ne le savaient pas, c’est pas bien d’être méchant, c’est mieux d’être gentil.

Pas d’inquiétude cependant, le film reste sur sa note générale d’humour noir et d’ironie jusqu’à la dernière seconde et jusqu’au dernier plan.

Tout ce joyeux bordel est mené par une bande originale bien couillue et dynamique, et plutôt parfaite. Par contre, je ne sais pas pourquoi dès qu’on a un personnage un peu bad ass, il y a toujours une BO ultra funky…

Quel dommage que le film ne soit pas sorti en France, Messieurs les distributeurs, nous on est prêts à aller voir des raclures au cinéma, et même qu’on en redemande. 

James MacAvoy est délicieusement dégueulasse, oscillant entre colère et folie, sur une musique simple et funky

La tentative un peu maladroite de nous montrer que Bruce est avant tout un humain avec un p’tit coeur

13
NOTE GLOBALE
Dory

About Dory

Passionnée de cinéma en général, et de cinéma anglophone en particulier, je fais mes premiers pas critiques sur mon tumblr Vacances de pauvres. Fan de Star wars, Marvel et autres blockbusters (mais pas que), j'ai rejoint l'équipe Doc Ciné pour vous faire partager mes envies et mes avis, tout simplement.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :