Note de la rédaction :
Eric Clapton a sans aucun doute laissé une trace permanente dans le monde de la musique. Comme une rémanence, les cordes frottés de sa guitare semblent résonner à nos oreilles. Le guitariste avait une façon bien à lui de s’approprier le blues et le rock ‘n’ roll pour finalement donner quelque chose d’unique. Sans faire partir d’une avant garde, Clapton a su jouir d’une carrière remarquable. Et c’est alors que Lili Zanuck, décide pour notre plus grand plaisir de mélomane de réaliser un documentaire sur sa vie.

Eric Clapton: Life in 12 Bars est un documentaire réalisé par la seule femme à avoir eu l’Oscar du meilleur film. Elle s’attarde avec une certaine ingéniosité sur la vie d’Eric Clapton, une légende vivante de la guitare. De ses premiers pas dans la musique, aux rencontres avec les plus grands de la musique ( BB King, Jimi Hendrix) le documentaire révèle toute l’humanité du dieu de la guitare. 

Une incursion dans l’univers de Clapton

C’est un regard vif que nous offre ce documentaire. Parfois touchant parfois mouvementé Eric Clapton: Life in 12 Bars essaie de donner au spectateur une incursion dans les différents univers qu’à cotoyé le guitariste.
A travers la subjectivité de tous ceux qui ont côtoyé Clapton, le documentaire donne la parole à une mosaïque de voix qu’on ne verra jamais témoigner à l’écran. En cela, la réalisatrice Lili Zanuck confère à l’aide de ses témoignages une sorte d’immortalité et d’intangibilité au personnage de scène qu’est Clapton. En mélangeant un témoignage interne avec les propres commentaires du musicien et extérieur à travers ceux de son entourage, Eric Clapton: Life in 12 Bars arrive à nous donner un regard plus global sur la carrière de l’artiste et évite une certaine complaisance. De nombreux fantasmes existent des années 60 à 80 dans le monde de la musique, des artistes se sont fait  une image qui complète celui de sa génération ( Hippie, libération sexuelle), ce qui est en réalité différent pour Clapton qui tel un Caméléon a réussi à s’adapter au temps qui passe.
Et c’est à peu près évité pour Eric Clapton: Life in 12 Bars qui arrive à explorer avec justesse la carrière de Clapton et son contexte historique. En évitant les facilités, le documentaire est résolu à nous proposer le portrait d’un Homme qui d’abord explore avec passion le monde de la musique à travers des tournés et des rencontres et qui par la suite subit les conséquences d’un trop plein d’attention. On y découvre ou retrouve également l’histoire d’amour avec Pattie Boyd qui justifie la naissance de musiques d’anthologies. Il est plaisant de voir que le documentaire saisie le point de vu de Pattie Boyd et de Clapton, et ne s’attarde pas à la subjectivité de ce dernier.
Cependant il arrive que le film insiste sur son enfance et son rapport avec ses parents. Cette manière d’insister peut donner l’impression que le documentaire essaie de psychanalyser le guitariste en essayant d’expliquer certains moments de sa vie. Cet excès de zèle est dérangeant car le film revient dans le temps sans prévenir. Il y a notamment une envie de trop expliquer dans ces commentaires audio, bien que l’idée soit bonne on se sent parfois dans l’impossibilité de réellement plonger dans ce que le film veut bien nous montrer.
Eric Clapton: Life in 12 Bars n’en reste pas moins un très bon documentaire. Tout en convenant aux néophytes et à ceux qui découvrent le guitariste, le film ne se contente pas d’énumérer les faits et arrive à se constituer comme le témoignage d’un morceau d’Histoire.
Pancake

About Pancake

Jeune scénariste, étudiant à Paris-Sorbonne et éventuellement critique de film

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :