une drole de fin
Note de la rédaction :

« Une Drôle De Fin » (A Futile and Stupid Gesture en VO) est un film de David Wain produit par Netflix. Avec Will Forte, Domhnall Gleeson, Emmy Rossum, Natasha Lyonne,…

Ne vous fiez pas à son titre potache qui rappelle les plus belles heures soit des comédies lourdingues des années 90, soit des comédies françaises des années 70. Car ce film-là est un OVNI cinématographique.

« Une Drôle de Fin » est un biopic sur le fondateur du magazine « National Lampoon« , genre de « Hara-Kiri » ou « Fluide Glacial » version américaine. Diplômé de Harvard, le fou Doug Kenney ne se rêve pas médecin ou avocat, mais plutôt gros déconneur et décide de créer dans les années 70 un magazine subversif, histoire de réveiller un peu l’humour des américains et les hormones des adolescents.

Connaissant un rapide succès, Doug Kenney a des envies de grandeurs et « National Lampoon » se décline en émissions de radio, en shows TV et même au cinéma, avec le succès de la comédie potache « Animal House« , connu chez nous sous le titre « American College » (déjà, le mec qui traduisait des titres anglais par d’autres anglais sévissait dans les années 70) et « Caddyshack« .

Après s’être fait piquer tous ces potes par Lorne Michaels qui lance une nouvelle émission, « The Saturday Night Live », et des comédies américaines absurdes connaissant un grand succès au box-office (les « Y a t il un flic… » par exemple), Doug Kenney doute et décline, car comme toute personne vivant d’humour, il a en lui une part d’ombre (suivez mon regard vers Jim Carrey).

A personne exceptionnelle, biopic exceptionnel et David Wain, réalisateur entre autres de « Wanderlust » et « Role Models », deux de mes feel good movies préférés, a choisi une façon de réaliser son film que je n’avais jamais vu auparavant. Vous savez combien c’est rare de voir quelque chose d’original en voyant un film ? Vous vous souvenez de la dernière fois où vous avez été vraiment surpris ? Voilà. Côté scénario, on retrouve le duo Michael Colton // John Aboud, les deux scénaristes foufous des « Pingouins de Madagascar ». Enfin, au casting, de façon plutôt ironique, on retrouve une bonne partie de la fine fleur du Saturday Night Live de ces dernières années : Will Forte, Joel McHale , Joe Lo Truglio  auquel vient s’ajouter Domhnall Gleeson (en BRUN), Emmy Rossum, Matt Lucas, Natasha Lyonne, j’en passe et des meilleurs.

Je reviens sur Will Forte parce qu’il porte avec une justesse incroyable la totalité du film. Pour le resituer aux yeux du grand public français, Will Forte c’est le co-pilote de fortune de Barney Stinson dans quelques épisodes de « How I Met Your Mother ». C’est celui qui saigne du nez quand il a une érection. Vous le remettez ? C’est aussi un acteur qui s’est tapé beaucoup BEAUCOUP de seconds rôles, alors il est possible qu’il soit classé dans votre tête comme pas mal d’acteurs dont « on voit la tête mais on se rappelle pas le nom ». Enfin un long-métrage le mettant sur le devant de la scène, lui permettant d’exprimer toute une palette d’émotions subtiles et imprévisibles, fidèle au personnage qu’il incarne.

J’ai un faible pour les comédies américaines absurdes et grasses, un peu cul, un peu trash, complètement WTF. Elles ont jalonné ma « culture » cinématographique depuis que je suis en âge d’avoir de l’humour, de « Hot Shot » à  » Sans Sarah rien ne va ». Il y avait quelque chose de l’ordre de l’épiphanie à regarder un biopic sur le mec qui est à l’origine de ces comédies, le mec qui a fait connaître John Belushi, Harold Ramis, Chevy Chase, le mec qui avait pas peur de mettre Hitler ou Minnie seins nus en couverture de son magazine. Bref, un mec de l’ombre, inconnu, et pourtant à l’origine de tellement de choses ancrées dans la (contre)culture américaine.

« Une Drôle De Fin » est clairement la surprise netflixienne de ce début d’année, à rajouter dans votre « liste », si ça n’est pas déjà fait

 

 

 

Dory

About Dory

Passionnée de cinéma en général, et de cinéma anglophone en particulier, je fais mes premiers pas critiques sur mon tumblr Vacances de pauvres. Fan de Star wars, Marvel et autres blockbusters (mais pas que), j'ai rejoint l'équipe Doc Ciné pour vous faire partager mes envies et mes avis, tout simplement.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :