Doc Ciné a testé pour vous Ready Player One en 4DX

By 6 avril 2018 avril 9th, 2018 Gros plan
Note de la rédaction :

Le 3 avril dernier, on nous ouvrait les portes d’une nouvelle salle en technologie 4DX aux cinémas Gaumont-Pathé Belle Epine à Thiais, en présence du créateur sud-coréen de la société CJ Group et de l’équipe de direction. Il s’agit de la 500ème au monde. La 4DX vise à offrir une nouvelle expérience au cinéma.

La 4DX, qu’est-ce donc ?

Cette nouvelle technologie vise principalement à offrir une expérience unique de visionnage d’une œuvre cinématographique. Le spectateur est en immersion totale : les sièges, avec repose pieds, sont synchronisés aux actions du film (vibrations, mouvements de haut en bas et d’avant en arrière, basculements) et associés à des effets sensoriels spéciaux projetés (eau, vent, odeurs, lumière, etc.) ainsi qu’une sensation de chatouillement dans le dos et dans les jambes.

L’expérience est donc déconseillée aux gens qui ont des problèmes de dos et de cœur,  le mal de mer ou des transports et aux femmes enceintes.

Elle se présente, d’après son créateur, comme un dispositif concurrent d’un visionnage désormais ancré dans le quotidien sur téléphone, tablette ou ordinateur. Il souhaite offrir de toutes nouvelles sensations à son spectateur et repousser les limites de l’expérience de visionnage et de la technologie cinématographique. Pari réussi visiblement puisque la 4DX se développe de plus en plus. On attend pas moins de 55 salles en France et surtout 1000 salles d’ici 2020 dans le monde, puisqu’il y a apparemment un engouement international. On peut se rendre actuellement dans 12 salles en France et 16 en Europe.

Evidemment, vu les frais engagés dans une telle entreprise, la 4DX nécessite une salle multiplexe pour une capacité de 100 à 150 sièges maximum pour un confort optimal.

A quel prix ?

La 4DX coûte 6 euros de plus qu’une séance normale (+ un coût supplémentaire éventuel si le film est en 3D). Alors oui, à ce tarif, ce n’est pas donné, très clairement, et cela refroidira sans doute quelques spectateurs. Cependant il faut comprendre que l’entretien d’une telle technologie a un coût.

Quels types de films ?

Pour cet événement, on nous a présenté le nouveau film de Steven Spielberg, Ready Player One, qui se prête bien à ce type de salle (pour notre avis sur le film, on vous laisse le soin de lire la super critique de Noodles). En effet, la 4DX concerne les films de science-fiction, d’aventure, d’action et familiaux et s’adresse plutôt à un public de 12-35 ans. On considère que 5 films par an, au minimum, peuvent être adaptés à cette nouvelle technologie. Le premier film français à bénéficier de la technologie sera Taxi 5 qui sortira en 4DX dès lundi prochain contre une sortie officielle en salle le mercredi suivant.

Vers quelles évolutions ?

La société CJ travaille sur un nouveau concept : le Screen X qui offrira une toute nouvelle expérience de visionnage d’un film à 270°. L’étape d’après sera de mixer le Screen X et la 4DX. Concernant la 4DX, les équipes œuvrent sur la création et le développement de nouveaux effets.

Du coup, on en pense quoi de la 4DX ?

Connaissant assez bien les salles de Belle Epine (dont l’état des sièges n’est pas toujours idéal), nous devons dire que c’était une bonne surprise concernant le confort et la propreté. Evidemment, la salle est neuve et on espère qu’elle restera en l’état, vu le tarif. Les fauteuils, en hauteur, sont très confortables et assez larges, ce qui permet un visionnage dans les meilleures conditions possibles.

Lors de la diffusion de la vidéo de présentation du système 4DX, on ressent une petite appréhension : les effets ont l’air assez violents et les fauteuils bougent rapidement. Tenir plus de 2h ainsi en mouvement ? Plus le choix de toutes façons, le film commence…et la curiosité l’emporte.

Finalement, les effets sont très amusants et apportent un plus au film, rendant l’immersion totale. Alors attention pour les plus réfractaires, ce n’est pas aussi « violent » que la vidéo de présentation ni qu’une attraction Star Tours ou autres de DisneyLand ; cela reste soft et divertissant et rappellera davantage le cinéma dynamique du Futuroscope, en plus moderne. Ce n’est pas une attraction mais bien une technologie d’immersion. De ce côté là, les admirateurs de sensations fortes risquent d’être un peu déçus, tant l’intensité est très peu violente. C’est véritablement un divertissement.

Les sièges bougent sans retourner l’estomac lors des scènes d’action et restent immobiles lors des séquences dialoguées. Il n’y a donc pas un mouvement en continue, ce qui permet d’éviter une saturation ou un mal de tête après 2h et quelques de film.

Concernant Ready Player One (attention spoilers) les séquences de la course et de Shining sont les plus intenses et franchement réussies. Les effets d’eau et de vent sont surprenants. Petite déception sur l’effet « odeurs », qu’on a pas du tout ressenti mais peut être ne se prête-il pas tellement à ce film. L’aspect légèrement plus brut et désagréable résulte dans les petits coups dans le dos que l’on peut ressentir lors de scènes de combat. Enfin, la fonction jets d’air est vraiment réussie, en tout cas, elle fonctionne très bien sur Ready Player One. On regrettera l’absence d’un effet « chaleur ». Pour les plus réfractaires encore ou pour ceux qui auraient un rhume, l’effet « eau » peut être désactivé très facilement sur le siège si c’est un souci.

Il n’y a aucun problème d’adaptation du corps. De plus, l’expérience est folle avec un film comme Ready Player One, divertissement ultime vu la thématique, et on n’aurait difficilement imaginé un meilleur film pour essayer cette technologie. La 4DX renforce les passages dans le monde virtuel, l’Oasis, et  participe à s’identifier de manière plus intense aux situations vécues par les personnages.

Attention, concernant la salle 4DX à Belle Epine, les films sont présentés en VF, cependant nous avons eu la chance de voir Ready Player One en VO.

En bref, la 4DX est une technologie très divertissante. Le corps s’habitue très rapidement, la synchronisation est parfaite. On a le sentiment de véritablement assister à une évolution dans la manière de visionner une œuvre cinématographique. La sensation d’immersion offre une expérience unique de cinéma : on vit davantage le film qu’on ne le regarde. L’impression de participer au film est très réjouissante. La 4DX est donc à tester au moins une fois dans sa vie !

Du coup rendez-vous avec Ready Player One ce mois-ci ou Jurassic World 2, en juin prochain, pour ceux qui veulent plus de frissons (la bande-annonce en 4DX était assez efficace).

Julie

About Julie

#filmmaker #movies #cinema #musicals #theatre #addict

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :