Cannes 2018 : le guide de la sélection officielle

By 13 avril 2018 Quoi de neuf doc ?
cannes 2018
Note de la rédaction :

Fin de rumeurs, la liste est tombée ce jeudi à 11h lors de la traditionnelle conférence de presse de Thierry Frémaux. Pas de Malick, De Palma ou Audiard comme on l’avait annoncé mais un programme tout de même alléchant pour un festival en difficulté. La popularité de grands festivals comme Toronto ou Busan ne touchent pas encore Cannes qui reste le nerf de la guerre du cinéma business mais l’affaire Netflix l’an passé a fait quelques dégâts. Donc Frémaux a annoncé d’entrée sa nouvelle mesure anti-Netflix, à savoir que les films désormais qui seront à l’affiche à Cannes devront également sortir dans les salles françaises (on se souvient du précédant « Okja« ). Donc pas d’exclusivité. Ce à quoi Netflix a répondu par un boycott cannois. Les relations de ce côté la sont plutôt glaciales.

Pour le chaud, il faut regarder du côté des affiches, avec quelques noms ronflants dont le grand retour de Spike Lee en compétition officielle. Son « Blackkklansman » avec Adam Driver et John David Washington (fils de Denzel) est un thriller au sein du Ku Klux Klan et sortira un an pile après les événements de Charlottesville. Chaud on vous dit. Godard aussi, est de retour. Lui est habitué. Il est même l’affiche de ce 71ème festival avec « Pierrot le fou » et son « Livre d’images » promet encore d’expérimenter, surprendre et déranger. Comme d’habitude également, le mystère reste entier autour du film, seulement deux visuels ont filtré. JLG quoi. Autre événement, le film d’ouverture « Everybody knows » de l’iranien Asghar Farhadi, aussi invité régulièrement les dernières années. Le film est tourné en espagnol avec en stars Javier Bardem et Pénélope Cruz (un peu de glamour pour la croisette !) + ce cher Ricardo Darín qui est toujours bon, même quand il en fait des tonnes. Une histoire intime située à Buenos Aires, une crise familiale dans le style complexe que Farhadi affectionne (ceux qui se souviennent du magnifique « Une séparation » savent le talent du réalisateur pour ce type d’intrigues).

Ensuite, et bien penchons nous sur les sélectionnés français, ils sont au nombre de trois. Pas des stars, loin de là, mais on regardera d’un oeil attentif ce que les films de Stéphane Brizé, Eva Husson et Christophe Honoré ont à proposer. Brizé retrouve Vincent Lindon dans « En guerre« , où il joue le rôle d’un ouvrier en colère, trois ans après le succès de « La loi du marché« . Eva Husson raconte l’histoire de combattantes kurdes dans « Les filles du soleil » et l’incontournable Golshifteh Farahani est au casting. Honoré enfin présente une histoire d’amour contrariée par les années 1990 où « l’amour plane avec la mort ». Vincent Lacoste et Denis Podalydès sont de la partie.

Le plus hypé des sélectionnés est peut-être David Robert Mitchell après son carpenterien « It Follows » (mais aussi le très ordinaire « The myth of the american sleepover« ) . « Under the silver Lake » est décrit comme un thriller néo-noir porté par Andrew Garfield. Il faudra voir si le cinéaste tient ses promesses où s’il n’était que l’homme d’un film à concept.

De l’autre côté du baromètre, le moins attendu, c’est sans doute Matteo Garrone, dont on se demande s’il n’est pas simplement là parce qu’il faut un italien (ou plutôt parce que Frémaux a toujours donné carte blanche aux italiens, Sorrentino en tête). La dernière sélection de Garrone s’était soldée par un bide complet. À suivre ou plutôt à ne pas suivre, merci. Pour représenter fièrement les couleurs italiennes, on compte à vrai dire beaucoup sur Alice Rohrwacher qui est le secret le mieux gardé de cette sélection. Son « Lazzaro felice » pourrait en surprendre plus d’un. Saura-t-elle séduire Cate Blanchett, présidente du jury ?

Les asiatiques sont présents et bien présents, comme toujours. Pas Naomi Kawase qu’on avait annoncé un peu vite mais Hirokazu Kore-Eda, actuellement en salles avec son décevant « The Third Murder » qu’il a en réalité terminé depuis 2016 et qui traînait à cause de difficultés avec son producteur. Cette fois avec « Shoplifters » on espère le retrouver au top, pas dans sa veine mainstream où il est moins en réussite et davantage dans celle intimiste dans laquelle il avait signé le très touchant « Nobody Knows« . Il ne sera pas le seul japonais puisque le jeune Ryusuke Hamaguchi a aussi reçu le feu vert. Son dernier film « Happy hours » avait été doublement primé à Locarno. Il faudra voir par curiosité ce « Netemo sametemo« , peut-être la belle surprise de cette édition. Autre bonne nouvelle : Jia Zhangke est de la sélection et on se frotte déjà les mains. Le pitch : une jeune danseuse mêlée à la mafia qui finit en prison et tente de se réintégrer à sa sortie. On coche le film dans nos priorités. Enfin l’écrivain cinéaste coréen Lee Chang Dong fera montre de toute sa sensibilité avec « Burning« .

ash is purest white jia zhangke

 Ash Is Purest White de Jia Zhang-ke

On se réjouit aussi de voir Jafar Panahi, libre et invité à Cannes. Censuré, Panahi continue à faire des films envers et contre le gouvernement iranien. La créativité sera à l’oeuvre dans « Three faces ». Pavel Pawlikowski devenu mondialement célèbre après l’Oscar raflé pour « Ida » présentera « Cold War » et sera attendu au tournant. Pour terminer deux films dont on sait peu de choses. Celui du russe Kirill Serebrennikov « Leto » (l’été) et « Yomeddine » d’Abu Bakr Shawki. Le premier a été arrêté l’année dernière par la police russe pour « propagande homosexuelle » et est un défenseur des droits LGBT dans la Russie de Poutine ce qui ne doit pas être une partie de plaisir. Du second on sait que c’est un road-movie égyptien.

Dix huit en lice pour la palme, faites vos jeux ! Et que le meilleur gagne…

Étienne

About Étienne

Né en 1982, journaliste de formation. Je vis à l'étranger depuis 2008. J'ai travaillé pour 5 magazines et 2 émissions de télévision. Je cherche obstinément un cinéma à la marge, qui aurait un langage propre. Le cinéma expérimental et l'art contemporain m'attirent particulièrement.

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :